Immolacaille

Comment bien réaliser une revente en EHPAD ?

Vous avez opté pour l’EHPAD pour tirer profit de tous les avantages de la location meublée, et souhaitez aujourd’hui le mettre en vente ? Sachez qu’il n’est pas difficile désormais de revendre ce type de bien immobilier en raison de la forte demande exprimée sur le marché. Toutefois, il est toujours recommandé de vous enquérir de certains éléments à prendre en compte afin de réussir pleinement votre projet de revente, et dans les meilleures conditions possibles.

Les démarches seront plus fluides si vous vous adressez directement à des professionnels, bien qu’il vous soit totalement possible d’opter pour la revente de gré à gré. De plus, si vous avez acheté un EHPAD à fort potentiel de revente, la liquidité sera meilleure et la plus-value intéressante.

Revendre un EHPAD en effet doit avoir été pensé depuis même le jour de l’achat de celui-ci. C’est-à-dire en ayant anticipé toutes les conditions de manière à simplifier les opérations le moment venu. Voici en effet les points principaux que le futur acheteur va mettre à la loupe avant de s’engager dans la signature du contrat de vente :

1 – l’identité du gestionnaire : l’acheteur va en premier lieu s’enquérir sur les renseignements sur celui-ci. Pour rappel, c’est sur le gestionnaire que repose la réussite du placement : plus il est fortement expérimenté, plus l’investissement est sécurisé. De plus, il est recommandé de choisir dès le départ un gestionnaire à fort potentiel de développement de son chiffre d’affaires sur les années à venir, puisque c’est lui qui a pour mission de reverser les loyers de l’exploitation à l’investisseur. Un gestionnaire à la situation financière déclinante peut rendre un acheteur plus ou moins frileux.

2 – l’emplacement de l’EHPAD : plus celui-ci est situé en plein centre-ville, plus il a de chance d’attirer les locataires, et donc l’acheteur lui-même. De même, la proximité des hôpitaux et des centres de santé est un excellent plus pour l’EHPAD. Rappelons que l’objet de la revente est un établissement destiné à loger des seniors en perte d’autonomie, qui seront donc séduits par tout ce qui pourra faciliter leur quotidien.

3 – le bail commercial : le bail signé avec le gestionnaire est un bail commercial et non un bail locatif. Il mentionne la durée du contrat avec le gestionnaire (et non avec le locataire), ainsi que le montant des loyers que celui-ci est tenu de verser tous les mois. C’est-à-dire le montant déduit des charges et des commissions que le gestionnaire prélève en contrepartie de ses services.

De plus, il est important que les dispositions se rapportant aux travaux d’entretien et de réparation soient clairement mentionnés dans le bail commercial. C’est en fonction de l’ensemble de ces clauses que l’on peut apprécier la qualité du bail locatif. Ne pas oublier non plus que votre EHPAD doit être parfaitement en règle afin que la revente se fasse le plus rapidement possible. C’est-à-dire qu’une convention tripartite doit avoir été signée.

4 – le statut de LMNP : c’est le dernier point et non des moindres à considérer, puisque c’est celui qui détermine la qualité de la défiscalisation à laquelle l’investisseur a droit. Si l’investisseur entrant achète l’EHPAD, il acquiert en même temps le statut de loueur en meublé non professionnel, avec les mêmes conditions fiscales que celles dont l’investisseur sortant a profité. Il perçoit en effet le même montant de revenus locatifs, et par conséquent, est soumis au même régime fiscal : micro BIC ou réel d’imposition.

Vous pouvez aussi faire apprécier le rendement de votre activité de loueur en meublé en présentant le bilan annuel de votre micro-entreprise à l’investisseur entrant. Plus le rendement est attrayant, plus votre EHPAD se positionne parmi les actifs qui intéresseront les acheteurs.

Rendez-vous sur ehpadimmo.fr pour recevoir les conseils de revente d’EHPAD par les experts.

Un désir d'expression, intervenez